L'équipe du département de pharmacologie

DOMAINES

CONTACT

 

 

 

Université Bordeaux 2 CHU de Bordeaux INSERM
Département Hospitalo-Universitaire de Pharmacologie de Bordeaux
fren

Liste des substances psychoactives

 

--- N O P ---

 

N

narcotiques
Mot parfois improprement utilisé en français. Il s'agit en fait d'une non-traduction de l'anglais narcotics, terme anglais pour stupéfiants.
Autre nom : narcs.
nexus
Drogue de synthèse. Nom chimique : 4-bromo-2,5-diméthoxyphénéthylamine
proche de la brolamfétamine (ou DOB), du groupe des phénylalkylamines.
Statut : psychotrope , tableau II, sous contrôle international.
Autres noms : bromo, erox, 2-CB.
nicotine
Principe actif de la feuille de tabac, utilisé comme excitant. Les feuilles de tabac sont essentiellement fumées (dans une pipe ou une cigarette) mais le tabac peut également être prisé ou chiqué.
Autres noms : butt, chew, cig, clope, fag, galo, sèche, tige, weed.
nitrites volatils (nitrite d'amyle, d'(iso)butyle)
Surtout utilisé dans un cadre festif ou comme aphrodisiaques.
Statut : stupéfiant.
Autres noms : aimies, air blast, ames, amys, aroma of men, bolt, boppers, bullet, bullet bolt, hardware, liquid gold, locker room, pearls, poppers, quicksilver, rush, rush snappers, snappers, stud.
noix de bétel
Utilisée depuis 15 siècles comme excitant dans le monde arabe, en Inde, Malaisie, Philippines, Nouvelle Guinée. Ramenée en Europe vers 1300 par Marco Polo. Le nombre de consommateurs est d'environ 200 millions dans le monde. Les effets sont à peu près comparables à ceux de la nicotine ou de la caféine. Le principe actif de la noix de bétel est la muscarine. La noix de bétel, sous forme de pelure ou de pâte est mastiquée (chiquée), généralement associée à une autre plante (menthe poivrée, moutarde, etc) et à un peu de chaux.

O

opiacés
Terme général pour désigner tous les dérivés de l'opium, qu'ils soient d'origine naturelle (morphine, codéine, etc.), semi-synthétique (héroïne, etc.) ou synthétique (fentanyl, etc.). (voir aussi : codéine, dextrométorphane, dextropropoxyphène, dihydrocodéine, fentanyl, héroïne, hydrocodone, hydromorphone, LAAM, méthadone, morphine, opium, oxycodone, pentazocine, péthidine)
opioïdes
Terme anglais pour désigner les dérivés de l'opium ; parfois improprement utilisé en français pour désigner les dérivés de synthèse de l'opium ; voir opiacés.
opium
Suc du pavot (Papaver somniferum, plante de la famille des Papavéracées). Mot latin, issu du grec opion : suc de pavot.
Historique : Cultivé depuis plus de 6000 ans par les Sumériens, dans la région du Tigre et de l'Euphrate, le pavot était utilisé comme médicament pour lutter contre la douleur, la diarrhée mais aussi pour ses propriétés psychotropes (euphorie, sédation). Homère, dans l'Odyssée, parle par exemple de nepenthes, mélange à base d'opium, qu'Hélène donne à Télémaque pour "apaiser toutes les douleurs et faire oublier tous les malheurs". Gallien au IIe siècle après JC, utilise l'opium en médecine. Parmi les "médicaments" classiques de l'Antiquité, on retrouve la theriaque, panacée utilisée pendant 1800 ans au Moyen Orient et en Europe, composée de plus de 60 principes actifs, dont l'opium. Le laudanum, autre médicament à base d'opium, a été utilisé en Europe à partir de 1524, date à laquelle il a été ramené de Constantinople par Théophraste von Hohenheim. Il s'agit d'une teinture alcoolique d'opium. A partir du VIIe siècle, l'opium est utilisé dans les pays musulmans comme un substitut acceptable de l'alcool, interdit. Dans la première moitié du XIXe siècle, les anglais développèrent la culture du pavot en Inde pour en faire commerce avec la Chine avec laquelle ils échangeaient le thé, ce qui donna lieu aux "guerres de l'opium". Lors de la guerre de Sécession aux Etats Unis, une large utilisation d'opium entraîna de nombreux cas de dépendance.
Production : Les principales régions de production de l'opium sont
- le Moyen Orient, avec deux zones principales de production :
le Croissant d'or (Afghanistan, Iran, Pakistan) qui produit environ 1400 tonnes d'opium par an permettant la fabrication de 140 tonnes d'héroïne. L'essentiel de l'héroïne fabriquée est consommée dans les pays producteurs et environ 15 tonnes sont exportées vers l'Europe et les Etats Unis. Récemment, le régime des talibans, en Afghanistan, a décidé (en signe de bonne volonté vis à vis des Etats Unis) de réduire de façon drastique la culture du pavôt,
la plaine de la Bekaa au Liban, qui produit environ 6 tonnes d'héroïne, en majeure partie exportée vers l'Europe et les Etats Unis.
- l'Asie du Sud Est, avec essentiellement le Triangle d'or : Birmanie, Laos, Thaïlande, où le pavot est cultivé en altitude. Le trafic dans cette zone est sous contrôle des " syndicats " de Hong Kong (triades chinoises), Bangkok et Macao. Cette région produit plus de 1500 tonnes d'opium par an.3. le Mexique, qui produit 50 tonnes d'opium par an (soit 5 tonnes d'héroïne), exportées vers les Etats Unis
- certaines anciennes républiques de l'Union soviétique : Ouzbékistan, Ukraine, Biélorussie, Tadjikistan.
Les principaux trafiquants internationaux d'héroïne, fabriquée à partir de l'opium, sont les triades chinoises, la mafia, las narcotrafiquants mexicains, les cartels colombiens ? Lorsque les pétales de pavot tombent, la capsule est incisée : un liquide blanchâtre apparaît, qui est gratté au couteau. Ce liquide prend une couleur brun foncé, à odeur écœurante. La pâte obtenue est traitée pour obtenir l'opium raffiné. Celui ci, bouilli et réduit en poudre peut être consommé tel quel, par voie orale ou fumé.
* La France est également un pays producteur de pavot, destiné à l'utilisation médicale (production essentiellement de morphine, codéine, buprénorphine)
Autres noms : Ah-pen-yen, Aunti, big O, black pills, black stuff, blue velvet (elixir parégorique), chandoo, chandu, China, Chinese molasses, Chinese tobacco, chocolate, Cruz, dover's powder, dream gum, dream stick, Dutch courage, easing powder, fi-do-nie, gee, God's drug, God's medicine, gondola, goric, great tobacco, Gueuze blanche, gum, hop, Indonesian bud, joy plant, midnight oil , mira, O, O.P., Op, ope, parégo (pour elixir parégorique), pen yan, pin gon, pin yen, P.O., poppy, pox, rachacha skee, tar, toxy, toys, yen shee, yen shee sney.
oxybate de sodium
sédatif ; utilisé en médecine en France depuis plus de trente ans comme anesthésique général ; nom de spécialité en France : Gamma-OH®, dans d'autres pays, il porte les noms d'Alcover®, Somsanit® en Allemagne, Hidroxibutirato°®. Développé en France par Henri Laborit, il a été popularisé depuis quelques années aux Etats Unis comme anabolisant, aphrodisiaque, pour les troubles du sommeil, comme supplémentation naturelle, comme antidépresseur, etc., aucune de ses soi-disant propriétés n'étant d'ailleurs démontrée.
Statut : stupéfiant en France; psychotrope , tableau IV, sous contrôle international.
Autres noms : acide hydroxybutyrique, anétamine, cherry menth, date rape drug, easy lay, Fantasy, gammahydrate, gammahydroxybutyrate, GBH, Georgia Home Boy, GHB, Grievous Bodily Harm, G-riffick, hydroxybutyrate de sodium, liquid E, liquid Ecstasy, liquid X, Natural Sleep 500, nature's quaalude, organic quaalude, salty water, scoop, soap, Somatomax PM, zonked.
oxycodone
opiacé, utilisé en médecine comme antalgique (traitement de la douleur).
Noms de spécialité : Eubine®, Oxycontin®.
Statut : stupéfiant , tableau I, sous contrôle international.
Autre nom : percs.

P

pasta
Pâte-base obtenue après la 1ère transformation chimique des feuilles de coca lors du processus de raffinement de la cocaïne. Elle est obtenue en mélangeant les feuilles de coca avec divers composés : kérosène, essence, chaux, etc. Le mélange est piétiné pendant des heures jusqu'à obtention de la pâte.
pentazocine
opiacé de synthèse, agoniste-antagoniste, utilisé en médecine comme antalgique
Nom de spécialité : Fortal®.
Statut : stupéfiant en France; psychotrope , tableau III, sous contrôle international.
Autre nom : Ts and blues.
péthidine
opiacé de synthèse, utilisé en médecine comme antalgique, il est parfois vendu clandestinement pour de l'héroïne.
Nom de spécialité (en France) : Dolosal®.
Statut : stupéfiant tableau I, sous contrôle international.
Autre nom : MPPP.
peyotl
Nom d'un cactus d'Amérique centrale contenant de la mescaline, principe actif hallucinogène.
Autres noms : peyoti.
phencyclidine
hallucinogène de synthèse. Son utilisation en médecine a été abandonnée depuis des années en raison de ses effets hallucinogènes et dissociatifs puissants, proches de ceux de la kétamine.
Statut : psychotrope , tableau II, sous contrôle international.
Autres noms : AD, ace, amoeba, angel, angel dust, angel hair, angel mist, angel poke, animal trank, animal tranquillizer, aurora borealis, black dust, black whack, blue madman, boat, busy bee, Cadillac, CJ, cliffhanger, Cozmo's, crazy coke, crazy Eddie, crystal, crystal joints, crystal T, crystal tea, cycline, cyclones, Detroit pink, devil's dust, dipper, D-LSD, DOA, do it Jack, drink, dummy dust, dust, éléphant, elephant tranquillizer, embalming fluid, energizer, earth, fake STP, flatliners, fresh, good, goon, gorilla biscuits, green leaves, green tea, heaven and hell, high, hinkley, hog, horse tracks, horse tranquillizer, jet fuel, K, kaps, kay jay, K-blast, killer joints, killer weed, KJ, kools, kools sherms, krystal, krystal joints, KW, leaky bolla, leaky leak, lemon 714, lethal weapon, little ones, lovely, mad dog, madman, magic dust, mean green, mint weed, mist, monkey dust, monkey tranquilizer, more, new acid, new magic, niebla, ozone, PCP, peace, PeaCe Pills, peace weed, peep, Peter Pan, pig killer, pink panther, pink robots, pink wedge, pink witches, pit, polvo de angel, polvo de estrellas, poudre d'ange, poussière d'ange, purple rain, rocket fuel, scaffle, scuffle, selma, sheets, sherm, sherman, skuffle, snorts, soma, spares, supercools, superweed, surfer, synthetic cocaine, T, TAC, TIC, tranks, wet dadies, whacky weed, white horizon, wolf, wooble weed, worm, zombie dust, zombie weed.
poppers
Nitrites volatils ; un des termes les plus utilisés pour désigner ces derniers, en référence au bruit (pop) que fait l'ampoule lorsqu'on la casse (nitrite d'isobutyle, nitrite d'amyle).
protoxyde d'azote
Utilisé en médecine comme anesthésique, il s'agit d'un gaz plus connu sous le nom de gaz hilarant. Dès sa découverte, ses propriétés "hilarantes" ont été découvertes : il était alors très souvent utilisé par les chirurgiens, anesthésistes, infirmiers de bloc opératoire après les interventions chirurgicales pour des "parties".
Autres noms : blue nun, buzz bomb, gaz hilarant, laughing gas, nitrous, shoot the breeze, whippets.
psilocine
Une des substances actives, avec la psilocybine, des champignons hallucinogènes.
Statut : psychotrope , tableau I, sous contrôle international.
Autre nom : psilo.
psilocybine
Une des substances actives, avec la psilocine, des champignons hallucinogènes.
Statut : psychotrope , tableau I, sous contrôle international.
Autre nom : psilo.
psychotrope
Se dit d'un médicament ou d'une substance capable de modifier le comportement psychique. Ce terme désigne également le classement international de diverses substances, qui comporte quatre tableaux (de I à IV, le tableau I correspondant à la réglementation la plus sévère). Ce classement réglemente la fabrication (ou la culture), l'importation, l'exportation, la prescription de divers médicaments ou substances. Comme pour les stupéfiants, la réglementation internationale doit être respectée par les états signataires de la convention de 1961. Mais chaque pays a le droit de surclasser une substance, c'est à dire de l'inscrire dans un tableau dont la réglementation est plus sévère.